Neuroscience et éducation – Catherine Gueguen

Ce que nous dit les neurosciences sur l'impact de l'éducation sur le cerveau

Parce qu’il est important pour moi de mettre à jour mes connaissances pour accompagner au mieux les enfants et les adultes, j’ai eu l’immense plaisir de participer à la conférence de Catherine Gueguen « Heureux d’apprendre à l’école, Comment les neurones peuvent changer l’éducation »

Une relation empathique, soutenante et aimante est la condition fondamentale pour une évolution optimale du cerveau chez l’enfant.

Être empathique ne veut pas du tout dire être laxiste. L’empathie c’est une posture et une éthique qui demande une qualité d’écoute, une capacité à se mettre en lien avec soi-même pour celui qui écoute et une ouverture à l’autre sans présupposés et sans préjugés.

L’empathie permet le développement de cortex orbito-frontal qui est à l’origine des capacités d’affection et d’empathie, de la régulation des émotions, du sens moral et des aptitudes à prendre des décisions.

Un entourage qui aide l’enfant à exprimer ses émotions et qui l’encourage a un impact très important sur le développement général du cerveau de l’enfant. 

En effet, cette posture de l’adulte augmente la substance grise et le volume de l’hippocampe, épaissis le cortex préfrontal et développe le cortex orbito-frontal.

Le cortex préfrontal est le siège de la réflexion, le raisonnement, la créativité, l’imagination, la résolution de problèmes, la conscience de soi, l’empathie et la planification.

Catherine Gueguen insiste beaucoup là dessus :

Avant 6 ans, l’enfant ne peut pas maîtriser ses émotions et ses impulsions, car son cerveau est très immature. 

Ce n’est donc pas parce qu’il ne veut pas ou ne sait pas ! Il ne PEUT pas.

Les effets négatifs d'une éducation violente sur le cerveau

  • La maltraitance émotionnelle empêche le développement du cortex orbitofrontal. La maltraitance émotionnelle c’est rabaisser, critiquer, punir, isoler ou rejeter l’enfant, et avoir des actions ou des paroles qui provoquent chez l’enfant des sentiments d’humiliation et de honte.
  • La maltraitance physique et verbale diminue le volume de l’hippocampe.
  • Le stress peut endommager les structures cérébrales et des circuits participant à la vision.
  • Les paroles stressantes, humiliantes et méprisantes altèrent les circuits neuronaux permettant la compréhension du langage.

Quelques pistes concrètes en éducation positive pour vous aider :

  • L’éducation est un chemin difficile, soyez empathique envers vous -mêmes et faites de votre mieux.
  • Parler à l’enfant sans faire la morale en utilisant des courtes phrases « On ne dit pas…on ne fait pas… » Et donner confiance à son enfant en l’encourageant.
  • Les adultes sont les modèles des enfants. C’est en apprenant à être empathique que nous apprenons aux enfants à l’être. La communication non violente permet un travail d’auto-empathique et d’empathie.
  • Trouver du soutien dans votre parentalité auprès de parents comme vous ou de professionnels comme moi.

Si vous aussi avez participé à cette conférence, n’hésitez pas à partager l’idée qui vous a marqué ou à me compléter ;).

Pour aller plus loin :

https://www.rencontres-perspectives.fr/catherine-gueguen-lyon-2020.htm

Son livre : « Heureux d’apprendre à l’école » Catherine Gueguen (https://www.chez-mon-libraire.fr/)

 

Laisser un commentaire

Scroll to top